FAQCalendrierRechercherAccueilS'enregistrerConnexionMembresGroupes

Partagez | 
 

 La nuit, les murs parlent et le ciel pleure... [LIBRE] (16+, contenu gore!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phantom

avatar

Copyright : dolldivine
Messages : 18
Gemmes d'Esprit : 14
Date d'inscription : 18/08/2016

Feuille de personnage
Caractéristique physique:
Caractéristique physiqueDescription
Taille
Couleur
Âge
Situation social

Liste de Pouvoirs:
Gemme requis pour monter de niveau:
0/100  (0/100)

MessageSujet: La nuit, les murs parlent et le ciel pleure... [LIBRE] (16+, contenu gore!)   Ven 24 Fév - 14:18

Le gémissement était faible, presque inexistant, pourtant, le son de sa voix se propageait dans tout le quartier, simple écho dans la nuit. A son souffle se mêlait le mien, saccadé, grave, chaud. La fatigue affaissait mes épaules et faisait trembler mon corps. Mon coeur cognait dur contre ma poitrine, galvanisé par une joie perverse, malsaine. La tête basse, les ailes pantelantes, j'offrais un triste spectacle de ma personne, une ombre parmi les ombres, une tache sombre dans la nuit, rien d'autre. Mais quand les rayons de la Lune daignèrent enfin illuminer ma personne. Celui dont le rale commençait sérieusement à m'énerver cessa tout bonnement de respirer, un masque d'horreur peint sur ses traits. Le sourire qui étirait mes lèvres n'était pas draconique, il était monstrueux, il était Zobial... Zobial l'Impardonnable dans un corps de dragonnet. Sans doute venait-il de se rendre compte que la chose qui venait de l'empaler sur des pics noirs comme l'ébène n'était pas un simple dragon. Oui... Oui oui! Tu as tant raison mon petit! Enfin, enfin j'y suis parvenu! Ce pouvoir, si grand, si dévastateur, je l'ai senti dans tout mon être! Bouillant, puissant, mortel... Il s'était enfin éveillé, attiré et nourri par ma colère, émotion provoquée par cet impertinente au poil puant et à l'haleine imbibé d'alcool. Une odeur que j'exècre au plus haut point...

Mes yeux encore luminescents se posèrent sur mon "jouet", un singe un peu gros, plus grand que moi aussi, mais il était si petit à présent, le corps désarticulé, son sang coulant en fin filet sur les pieux d'ombre, la bouche entrouverte en quête d'un souffle qui se faisait de plus en plus rare, tremblant comme une feuille sous une douleur indescriptible. Une souffrance que je connaissais pour l'avoir déjà ressenti. Pensif, je baissai la tête vers mon poitrail, caressant d'une griffe la fine cicatrice beige, souvenir d'une vie antérieure... Non, d'un passé fort proche de dix ans. Un voile de haine passa sur mon regard qui revint sur le singe dont la peur ne faisait qu'amplifier mes sombres envies qu'un dragonnet normal n'aurait jamais ressenti de sa vie. Je voulais le briser, je voulais me sentir vivant, enfin moi! L'épuisement m'empêcha de me mouvoir comme je voulais cependant et mes ailes me ralentissaient. Comme pour me prouver que se reposer devenait un besoin pressant, les ombres se liquéfièrent et reprirent leurs places d'origine, dans les ruelles et dans l'ombre du singe. La disparition des pieux sembla le libérer d'un poids immense à en croire sa respiration plus ample bien que secoué d'une toux grasse et sanguinolente. A moitié étouffé par son propre sang, il parvint toutefois à pencher la tête sur le coté pour cracher un mélange répugnant de mucus et de liquide rougeatre. Le pauvre était au bout du rouleau! Tant mieux... Je contournai sa tête pour bondir sur son ventre, le faisant grimacer au passage. Il ressentait encore la douleur? Fort bien, fort bien... D'un coup de patte, j'arrachai la ridicule plaque en métal qui lui servait d' "armure". Je l'entendais, mieux, je le sentais sous mon corps, son coeur, organe vital battant la chamade, comme s'il cherchait à contourner la mort, qu'il refusait de la voir approcher à grands pas. Mon sourire disparut, laissant place à un profond mépris envers cet être qui tentait de m'imiter. Je suis le seul à pouvoir transcender la mort... Ma voix couvrit alors sa peur et figea son regard sur moi, profonde, caverneuse, difficile à dire si cela était choquant d'entendre un gamin avec une voix d'adulte ayant vécu presque un millénaire mais elle était là, bien présente, dernier vestige du pouvoir que je venais d'éveiller pour massacrer l'imbécile.

-Tu n'aurais jamais dû me provoquer, petit mammifère... On ne provoque pas l'Impardonnable sans en subir les conséquences, et tu seras le premier à t'en rendre compte...

Conscient que sa fin approchait, le pauvre usa de ses dernières forces pour me supplier, ce qu'il ne put malheureusement pas faire à cause du sang qui commençait à investir sa gorge. Je balançai ma tête en arrière avant de finalement la propulser sur son torse, brisant net ses cotes, de mes griffes, j'écartais la chair inutilement, projetant tripes et os sur les cotés, ignorant complètement les éclaboussures de sang et ses cris déchirants. Son coeur entre mes crocs, je l'arrachai d'un coup net, laissant le temps au pauvre bougre de voir le morceau de chair palpiter dans ma gueule. Je le broyai sans plus de façon, l'avalant aussitot sous l'air hagard du soldat, la main tendue vers moi. Celle-ci retomba sur ce qui lui restait d'abdomen, lachant enfin prise avec la vie. Satisfait, je remuai de la queue, soupirant d'aise et remerciant toutes les entités qui régissent ce monde pour ce festin de roi et cette vie plus que plaisante, le museau levé vers l'astre lunaire. C'est alors qu'une goutte me tomba sur le nez, puis une autre sur le dos, comme si le ciel pleurait son enfant. De pleurs, cela devint des sanglots, lavant mon corps de toutes les souillures dont je m'étais recouvert, diluant le sang répandu sur le sol et les murs. Cette douche glacée m'apaisait d'une certaine manière et me remettait les idées en place. Ma colère avait disparu, il pleuvait bien trop pour que je puisse rentrer et cela ne m'étonnerait pas que des individus aient entendu les cris de l'autre alcoolique dégoutant.

-Ah... Je vais encore devoir dormir dehors, quelle galère...

Sans un regard pour ce qui restait de mon repas, je retournai sur les pavés mouillés et quittai les lieux d'un bon pas. Le regard vif et les sens aux aguets, je pris le chemin pour aller me reposer dans la ruelle d'un autre quartier en faisant en sorte que personne ne m'ait remarqué.
Marqueur pour gemmes

_________________
Phantom en entier en gros^^ (les ailes sont de taille standart sur l'image par contre):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 4
Gemmes d'Esprit : 3
Date d'inscription : 04/05/2017

MessageSujet: Re: La nuit, les murs parlent et le ciel pleure... [LIBRE] (16+, contenu gore!)   Jeu 29 Juin - 10:04

(J'ai choisi de prendre Venima mais pas pour la tuer. ~ Luirio)

Mais il n'avait pas choisi un très bon quartier pour dormir. En faite, il s'était installer dans le quartier dans lequel Venima la Reine Serpent s'était installer. Le reptile qui faisait la hauteur d'un enfant en position coucher et celle d'un dragon adulte en position debout avait senti l'odeur d'un dragon a proximité de son antre.

rrrrrrrrsssssss....

Le cobra rampa lentement dans les ruelles le regard empli de haine se demandant bien qui avait bien osé entré dans ses ruelles et elle aperçu au loin un gamin et avec un sourire large et un regard menaçant, elle se glissa en pensant.

-Oh...merssssssi les dieux de me donner un bon petit repas...

Le serpent s'approcha avant de se cacher dans l'ombre puit observa le jeune dragon qui n'était pas bien loin désormais fouettant l'air de sa queue scorpion.

sssss...bonjour mon petit! Que viens tu fffffaire issssi?...ssssss...

Cela fait déjà un mois que le compte PNJ a répondu au rp. En l'absence de réponse, je considère le rp comme mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La nuit, les murs parlent et le ciel pleure... [LIBRE] (16+, contenu gore!)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» -La nuit des morts vivants-(Pv Naoki Raidon et Libre)
» Daniel ♦ Ciel Etoilé [LIBRE]
» Zéro ♦ Ciel Etoilé [LIBRE]
» Esprit du Ciel. || Solitaire. || Libre.
» [JOUR 5] - "Le ciel est rouge, beaucoup de sang a coulé cette nuit."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cynder's Lair Forum RP/RPG :: Caverne Céleste :: Page Perdu-
Sauter vers: